3 secteurs géographiques différenciés

En terme de développement urbain, trois grandes entités peuvent être distinguées. Ces différents modes d’occupation de l’espace sont liés à des éléments de topographie et de proximité d’axes de circulation importants. Cette distinction entre les 3 zones formant la CCMB existe également dans les esprits des acteurs locaux, conscients des spécificités de leur territoire.

Les trois secteurs sont les suivants :

La vallée du gave de Pau :
Cette zone présente un tissu relativement dense, au sein duquel l’habitat se concentre essentiellement à proximité des principaux axes routiers (RD2 et RN117). Le long de la RN117, on observe un fort développement urbain de type résidentiel et économique (zone commerciale de Lescar,…), notamment sur les communes de Lescar, Lons et Billère.
L’impression d’une continuité urbaine se poursuit jusqu’à Denguin, faisant de ce secteur une zone de développement résidentiel immédiat pour l’agglomération paloise.

Les coteaux de Jurançon :
La topographie plus accidentée de cet espace permet de le distinguer de la vallée du Gave de Pau. L’urbanisation y est relativement diffuse, et l’habitat dispersé provoque par endroit une impression de mitage dans le paysage.
Le prix du foncier, plus élevé sur cette zone, se traduit par la présence d’habitation de type plus cossu.
Ce secteur appartient à la zone viticole des Vins de Jurançon (Appellation d’Origine Contrôlée, AOC).

La plaine du Pont Long :
Cet espace est délimité au Sud par l’Autoroute A64, ainsi que par une ligne de coteaux. Assez fortement marqué par l’agriculture céréalière, il présente une urbanisation diffuse et un habitat peu dense.
La proximité de la RN134, en liaison avec l’aéroport Pau-Pyrénées, induit pour la commune d’Uzein un développement urbain assez marqué, notamment par rapport aux autres communes de la plaine du Pont-Long (Momas, Caubios-Loos, Bougarber et Beyrie en Béarn).

Présentation de la commune

jeudi 9 août 2012, par Communauté de Communes du Miey de Béarn

  • IMG/jpg/arton108.jpg IMG/jpg/arton100.jpg IMG/jpg/arton141.jpg

  • L’ethymologie :

    ARBUS est un nom qui fait penser aux arbres... mais il faut se méfier de ces vieux noms de chez nous.

    D’après les spécialistes, il s’agirait d’herbages, comme on dirait des alpages. En effet, « alp » et « arb » sont de très vieilles racines cousines.

    L’historique :

    En 1311, Arnaud Arbusi fut évêque de Lescar. En 1385, lors du recensement de Gaston Fébus, le village comptait 41 foyers, et était gouverné par un domengerv (noble de 4° degré : tenait en fief une domenjadura). « L’ostau deu seignor » y est recensé.

    Le 24 Octobre 1489, François de Navaille, seigneur de Peyre et d’Arbus consentit « l’affièvrement » des bois de la commune à ses vassaux. Les paysans pouvaient couper des fougères, récolter des glands et des châtaignes, faire pacager les troupeaux.

    Lors des guerres de religion, Arbus ayant refusé le protestantisme, Jean de Gassion, procureur de la reine Jeanne d’Albert, et Arnaud de Caze, greffier, se rendirent le mardi 21 Février 1569 au château d’Arbus pour vendre les biens, meubles, récoltes, vins et affermer le château, terres et dépendances.

    Le seigneur étant en fuite, c’est sa dame Michelle de Corcelles qui les reçut. Refusant de dire où était son mari, elle fut menacée d’expulsion immédiate, mais elle résista farouchement et obtint un sursis.

    La maison seigneuriale avec ses « vignes, camps, pachéras, böscs, moulin deu löc d’Arbus » fut affermée devant tous ces personnages réunis. Les diverses ventes apportèrent 700 écus d’or.

    En 1714, les habitants se soulevèrent contre Gassion à cause d’une fiscalité excessive. Néanmoins, Arbus resta sous sa dépendance jusqu’à la Révolution.

    Les vestiges du passé :

    Une statuette de 14 centimètres de haut, représentant un taureau de bronze, a été découverte sur le territoire de la commune. Cette figure, qui était souvent utilisée comme enseigne dans les légions romaines, nous rappelle la conquête de l’Aquitaine à partir de 56 avant J.C.

    Le château d’ARBUS date du XIIème siècle. Il a été bâti sur une maison fortifiée appelée « maison du Camps ».

    Mairie d’Arbus

    2 rue du Général Pommiès
    64230 Arbus

    - Téléphone : 05.59.83.03.97
    - Fax : 05.59.83.15.58
    - Courriel : : COMMUNE-DARBUS@wanadoo.fr

    Horaires :


    - Lundi : 9h00-12h30/13h30-17h30
    - Mardi : 9h00-12h30/14h00-17h30
    - Mercredi : 9h00-12h00/14h00-20h00
    - Jeudi : 9h00-12h30
    - Vendredi : 9h00-12h30/14h00-18h30

    N’hésitez pas à nous téléphoner pour tous renseignements : Mairie d’Arbus, 2 rue du Général Pommiès - Tel : 05.59.83.03.97 / Fax : 05.59.83.15.58.


    SPIP | squelette | | Nous signaler un problème sur le site] | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

    Ce site web utilise ADxMenu, par studio.aplus